Le robot qui écrit sur les murs

Clin d’oeil à tous les parents qui ont déjà eu peur que leurs chers bambins se mettent à crayonner sur les murs ! Plus tard, on apprécie le fait d’avoir un tableau noir sur lequel on peut écrire à la craie la liste des courses, les numéros de téléphone importants etc. Ce robot, designé par Carlo Ratti s’inscrit dans cette lignée, celle d’utiliser les murs de chez soi comme surface d’expression. Et le résultat est plutôt probant.

Carlos Ratti Associati a développé un robot d’écriture intelligent qui transforme n’importe quelle surface en une toile de dessin. Que ce soit sur une cloison blanche, du verre, du béton, le robot peut dessiner, écrire et même effacer ce qu’il a produit. Installé en moins de 5 minutes sur toute surface verticale, les utilisateurs pourront faire dessiner au robot ce qu’ils désirent, que ce soient leurs propres créations ou des oeuvres réalisées à partir de fichiers disponibles sur le net en open source.

Vous pourrez ainsi reproduire dans votre chambre les emblématiques graffiti de Bansky ou bien tracer les vers de Rimbaud dans votre cuisine, les possibilités sont infinies et ultra-créatives.

Avec une forme circulaire en aluminium, ce robot de dessin est livré avec quatre marqueurs de couleurs différentes en son centre. Il sera présenté en avant-première lors du salon du mobile cette année au sein du pavillon «Nature vivante» de l’ARC. Une campagne de crowdfunding sera lancée le 5 juin 2018.

Ne perdez plus de temps en réunions

Bien que celles-ci soient indispensables au bon fonctionnement d’une entreprise, il y a certains points que l’on peut optimiser pour raccourcir les réunions et les rendre plus efficaces . Selon certaines études, les managers passeraient entre 1/4 et 3/4 de leurs journées en réunion.

Voici des pistes pour rendre vos réunions plus vivantes, et surtout pour éviter de perdre un temps souvent précieux.

1/ Invitez les bons participants

Lorsqu’il s’agit de traquer les tâches chronophages dans une entreprise, les réunions inutiles arrivent en tête de liste ! Souvent, certains collaborateurs assistent à des réunions où leur présence n’est pas indispensable. Une étude publiée dans le Harvard Business Review démontre que 300.000 heures chaque année sont consacrées à des réunions dans les grandes entreprises. La prochaine fois, assurez-vous d’avoir convié les bonnes personnes pour votre réunion. En faisant ainsi, vous montrerez que vous respectez le temps de travail de vos équipes. Et comme nous le savons tous, le temps c’est de l’argent, alors ne gaspillons pas celui-des autres.

2/ Comprenez les besoins

Pour comprendre les besoins de votre équipe, encore faut-il les connaitre un minimum. Mais partons du principe que vous les connaissez. Si vous êtes en mesure d’identifier ce qui serait utile à vos collaborateurs pour avancer plus rapidement sur tel ou tel projet, alors il s’avère tout à fait opportun de les convier à une prochaine réunion. Précisez en quoi le sujet de la réunion est important pour eux et quels bénéfices ils pourront tirer de ce moment d’échanges

3/ Evitez les tentations numériques

Affranchissez-vous de vos objets connectés le temps d’une réunion. Montrez l’exemple en éteignant votre téléphone portable ou simplement en le laissant de côté. Suggérez à l’ensemble des participants de faire de même. Vous récupérerez l’attention de chacun et vous n’aurez pas à répéter les directions prises. La réunion sera beaucoup plus dynamique (et plus courte) car elle mobilisera, sans parasitages, le plein potentiel de tous vos collaborateurs

4/ Incitez chacun à s’exprimer

Une réunion, c’est l’opposé d’une communication unilatérale, en principe. Vos collaborateurs ne sont pas là uniquement pour vous écouter. Si ce que vous avez à dire ne nécessite aucune interaction de la part de votre auditoire, alors contentez-vous d’un mail. Prenez le temps de laisser la parole à chacun, posez des questions pour vous assurer que tout le monde est sur la même ligne. Certains sont moins loquaces que d’autres car ils sont plus timides ou réservés. Ne voyez pas leur non-réaction comme un désintérêt, mais essayez de les interpeller pour qu’ils puissent eux aussi exprimer une opinion ou une remarque.

5/ Respectez l’heure

Si vous avez demandé à ce qu’une réunion débute à 16h et que vous arrivez avec 15 minutes de retard, vous pénaliserez tout le monde et vous risqueriez de passer pour quelqu’un de désorganisé voire irrespectueux. Si au contraire, votre réunion s’éternise, vous perdrez petit à petit l’attention de vos interlocuteurs et au final, vous perdrez du temps.

6/ Restez focus

Une fois que vous commencez une réunion, allez droit au but. Si vous êtes l’organisateur de cette réunion, vous êtes garant de son déroulé. Evitez que la réunion dévie du sujet initial. Soyez concis dans ce que vous devez aborder et allez à l’essentiel.

Des études menées par des ingénieurs du MIT ont prouvé que les réunions productives conclues par des décisions prises dans les 15 minutes étaient aussi efficaces que celles qui trainaient en longueur. Au fur et à mesure de la réunion, les participants comprendront qu’il s’agit là d’être clair, précis et rapide. Ainsi, ils seront beaucoup plus concentrés sur les objectifs à atteindre.

7/ Enregistrez-vous

Parfois, nous ne nous rendons pas compte de la manière dont nous nous exprimons en public, en particulier lors de réunions. Enregistrez-vous et/ou filmez-vous.

Vous pourrez ainsi voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et surtout, vous aurez une trace des échanges qui pourront être re-visionnés par vos équipes si celles-ci en ont besoin.

Avec un peu d’organisation et de discipline, les réunions peuvent devenir plus efficaces et moins chronophages. Elles sont toujours bénéfiques car rien ne remplace les échanges de visu quand on travaille en équipe, surtout actuellement où les contacts se font majoritairement par écrans interposés.

Douchan Palacios : quête transculturelle entre la France et l’Inde

L’histoire familiale de Douchan Palacios a entraîné sa vocation pour l’architecture, ainsi que son appétence pour l’international. Sa mère passionnée d’arts, de littérature, et de récits de voyages rapportés par son grand-père employé de la marine marchande, lui a transmis une fibre artistique et une attirance pour le politique. Son père maçon a eu la maison familiale comme premier chantier, l’a fait participer à la construction, et lui a enseigné ses savoirs d’artisan : « J’ai aimé le chantier, les odeurs… ». La volonté de devenir architecte est là dès l’adolescence. En plus d’un terrain fertile pour la discipline, ses parents et leurs amis le plongent dans une ambiance mythique en Afrique avec des traversées du Sahara en 2CV. Douchan tient son prénom d’un hommage rendu aux « derniers Touaregs », en référence à l’écrivain tchèque Dušan Gersi. Des valeurs « transculturelles » naissent du désert et des fabuleuses épopées. Des opportunités professionnelles en résultent aussi : une fois architecte, il construira une maison au Mali pour les amis de ses parents, en collaboration avec sa compagne. Douchan et Vanessa De Castro se rencontrent à l’école et deviennent membres actifs de l’association Architectes Sans Frontières (ASF). Elle est aussi architecte et cosmopolite, issue d’un mélange entre le Chili, l’Espagne et la France. Ils partagent la passion du voyage, et l’envie de travailler à l’international : « Nos premières expériences professionnelles communes ont été aussi nos premiers voyages ».

Expériences franco-indiennes

Douchan a découvert l’Inde lors d’un voyage d’étude à Jaipur. Émerveillé, il décide d’y retourner, et réalise un stage de six mois à Ahmedabad dans le cadre d’une coopération franco-indienne de revitalisation du centre historique. Une fois le diplôme obtenu, il part quatorze mois à Bangalore, en mission pour l’ONG Architecture & Développement et l’Agence pour le Développement et la Maîtrise des Énergies. Il développe en parallèle des activités de maîtrise d’œuvre et d’enseignement à l’école d’architecture. Selon lui, l’architecte endosse un rôle moral, il est un « diffuseur et un défenseur de culture », qui peut modeler des aspects de la société ; il contribue aussi à la construction d’une société civile forte, éduquée, et politisée. Parce qu’à l’international certains enjeux sociaux se posent plus fortement qu’en France, Douchan a fait le choix de s’engager à y répondre et travaille avec ASF dans ce sens.

Avec et sans frontières

À presque quarante ans, l’architecte ressent toujours un paradoxe intérieur, entre une idéologie profondément attachée aux Hommes, et un marché économique particulièrement concurrentiel et instable. En pratique, l’architecture à destination sociale et humanitaire peut apparaître contraignante et manquer de modèle économique : « On ne fait pas carrière dans l’humanitaire. J’ai un peu l’impression de faire ça tant que je suis jeune, tant que je n’ai pas de contraintes trop compliquées ». Tandis que le couple fait des rencontres en Inde, sollicité sur de nouveaux projets, la structure associative comporte des lourdeurs administratives qui réduisent leur champ d’action. Toujours actifs pour ASF, ils s’en éloignent progressivement pour mener de nouvelles missions : un monastère, un dortoir et une école sont en étude. Ils ont fondé une famille, élèvent deux enfants à Toulouse, avec lesquels ils envisagent de beaucoup voyager et, si leur activité le permet, de s’expatrier.

Portrait réalisé par Laura Rosenbaum – Architecte DEHMONP – Docteur en Sociologie

L’empathie, une qualité indispensable pour un manager ?

Le relationnel est l’un des aspects les plus importants dans la vie d’un manager : savoir s’exprimer en public tout comme en privé, savoir motiver ses troupes, les faire évoluer. L’empathie est une qualité indispensable lorsque l’on souhaite tirer le meilleur de ses équipes. Elle permet d’être ouvert d’esprit pour accepter et tolérer des points de vue différents des siens. Lorsque l’on est empathique, on a la capacité de comprendre les autres mais plus important encore, cela permet de construire des liens durables et d’établir une relation de confiance. Et cette confiance réciproque est nécessaire pour réussir.

1/ La dimension émotionnelle

En prenant conscience des émotions des autres, de leurs sentiments, on peut plus facilement se mettre à leur place pour résoudre les différents problèmes et divergences. Les personnes qui font preuve d’empathie ont cette capacité à identifier et à reconnaitre les émotions des autres.

Les managers empathiques savent que la vie n’est pas toujours facile, que le monde de l’entreprise est parfois impitoyable, et c’est pourquoi en faisant preuve d’humanité et de compassion, ils parviennent à gagner la confiance de leur entourage. Ils prennent le temps de s’intéresser aux autres et à leur ressenti. L’empathie dans les affaires est essentielle au succès d’un entrepreneur

2/ La notion d’éthique

Cet aspect est important, aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel. Là où la morale est un ensemble de règles ayant un caractère universel et irréductible, l’éthique, elle, s’attache aux valeurs et se détermine de manière relative dans le temps et dans l’espace en fonction de la communauté à laquelle elle s’intéresse. Avoir de l’éthique dans sa relation aux autres, c’est prendre conscience de qui l’on est, de ce que l’on fait, de la manière dont on le fait. Se respecter soi-même permet de respecter les autres.

3/ L’ouverture vers les autres

La personne empathique crée des relations de travail dynamiques et positives car elle n’ignore pas les émotions et besoins de l’autre. Elle fait preuve d’ouverture d’esprit, même face à la différence, et ainsi cherche toujours à concilier les points de vue. « Même si vos croyances ne sont pas les miennes, je les accepte et cela ne nous empêchera pas de nous connecter ». Faire preuve d’intolérance, bloque toute possibilité d’avancer dans une relation et finit par briser les liens.

4/ La gentillesse

La gentillesse, c’est l’empathie qui s’exprime dans l’action. Tout, ou presque, peut être résolu avec gentillesse et bienveillance tout en étant ferme. Lorsque l’on cède à la colère, la menace ou la force, à aucun moment cela s’avère bénéfique sur le long terme. On peut obtenir de ses équipes bien des choses en faisant preuve de gentillesse. Si l’on cherche à résoudre les problèmes par des rapports de force, cela peut effectivement fonctionner, mais à terme, des opportunités pourront s’envoler car le relationnel a été malmené. Les collaborateurs et les clients se dirigeront naturellement vers des interlocuteurs plus conciliants.

5/ Penser « nous » plutôt que « je »

La notion d’individualité forcenée est étrangère aux personnes empathiques. « On réussit ensemble ou on perd ensemble ». C’est cet ADN qui, sur le long terme, fait la différence et permet d’avoir une influence positive, d’insuffler une dynamique vertueuse au sein d’un groupe. Ce qui motive les empathiques, c’est de voir les autres réussir, même si ils n’ont eu qu’un impact minime sur le résultat obtenu. Les entrepreneurs prônent souvent en public, le désir de servir le bien commun. L’égoïsme n’est pas un sentiment pérenne sur lequel s’appuyer pour réussir.

En fait l’empathie se rapprocherait presque d’une certaine philosophie. Etre un sage sur lesquels les autres prennent exemple, écoutent, apprennent. Et si vous n’êtes pas totalement convaincu, pensez au karma, faites le bien, le bien vous reviendra.

NYC et ses arbres du futur

Un appel d’offre concernant l’environnement urbain est en cours à New-York en vue de la création d’un nouveau paysage naturel pour Park Avenue (autrefois 4eme Avenue). Ce projet de GAD et l’Atelier de Chelsea est inspiré par les caractéristiques topographiques et écologiques d’une savane.

Park Avenue arborerait donc beaucoup de verdure, et renouerait avec un écosystème de prairies, des paysages qui étaient la norme en Amérique du Nord avant que ceux-ci soient urbanisés par les premiers Européens.

L’objectif est de faire reprendre ses droits à la nature dans un paysage urbain et bétonné. Cette conception repose sur des principes biophiliques, qui consistent à améliorer la santé et le bien-être dans l’environnement bâti.

Pour les architectes, ce projet offre une combinaison optimale et esthétique de formes naturelles adaptables a un environnement urbain. Il génère des espaces ouverts favorisant des activités simples telles que la marche, la restauration, le repos et la détente.

La principale caractéristique de cet environnement naturel est la création d’une «forêt» consistant en une grande canopée en forme de sapin en bambou. L’aspect visuel de cette canopée sur la ligne d’horizon urbaine est conçu sur la base d’une dimension fractale représentant la savane et censée réduire le stress chez ceux qui s’y aventurent.

Cette canopée sera construite avec, en parallèle, un travail important de restauration de la flore et de la faune. Limités dans leur volonté de créer une véritable forêt sur Park Avenue, les concepteurs ont décidé de proposer une canopée hybride avec un structure en bambou. Ce procédé permettra de créer un espace public esthétique mais aussi de fournir un habitat naturel de qualité aux oiseaux et aux insectes.

Les formes complexes de la structure projetteront des jeux de lumière et d’ombre qui attireront visuellement les visiteurs pendant la journée et fourniront un éclairage lumineux la nuit. L’équipe de conception estime que les métropoles, au delà des espaces verts, ont besoin de réintégrer des zones naturelles en coeur de ville afin de relancer leurs écosystèmes.

Qui a dit que les nains de jardin étaient ringard ?!

Bon je vous l’accorde, il ne s’agit pas d’un nain de jardin mais plutôt d’un nain d’appartement. Il est vrai qu’au vu du design très épuré, ce nain-sculpture a davantage sa place dans un salon.

Voici Nino, un nain issu de la collaboration entre la société romaine Plato Design et le designer Pellegrino Cucciniello.

L’idée derrière ce nain revisité était de prouver qu’un objet ou une figure considérée comme kitsch, voire totalement vieillot et dépassé, pouvait au final se révéler tendance.

Et ce défi est savamment relevé puisque ce nain devient un objet qui a sa place dans les plus beaux appartements, pouvant même figurer en couverture des magazines de décoration d’intérieur les plus tendances.

Taillé en béton, il se mariera parfaitement avec tout type d’intérieur. Son aspect brut, ses formes anguleuses et ses couleurs plutôt discrètes, comparées aux nains classiques, pourront venir habiller un mur immaculé ou au contraire rejoindre d’autres objets design.

Et voilà, si vous souhaitez commander en avance votre Nino pour qu’il puisse surveiller votre maison, rendez-vous sur https://www.platodesign.it/nino-garden-gnome/, vous bénéficierez même de 30% de réduction !

      

Un penthouse industriel de 400 m2 à Los Angeles

L’architecte d’intérieur Vanessa Alexander, évoluant dans le cabinet de design éponyme à Los Angeles, a réussi à transformer cet ancien bureau datant d’il y a presque 100 ans en un penthouse où, tout ou presque, est réuni pour s’y plaire.

Réputée pour la qualité de son travail et ses projets richement texturés, Vanessa Alexander a su faire de cette surface de 400 mètres carrés, une habitation haut de gamme en conservant l’aspect industriel du bâtiment.

Situé dans un immeuble de 4 étages qui auparavant abritait une compagnie de télécom, ce loft comprend également un jardin sur le toit au dernier étage avec une vue panoramique sur Los Angeles. Les 3 étages inférieurs quant à eux abritent des bureaux.

Des sols en béton gris, des fenêtres en zinc, des énormes pylônes, du métal, de la fonte, bref un environnement très industriel, masculin et robuste, pour ce penthouse qui réunit tous les ingrédients esthétiques et fonctionnels. Doté de grandes pièces avec une belle hauteur sous plafond, l’espace est divisé en différentes zones en fonction de leur spécificité.

Au sein de ces grands espaces ouverts, Vanessa Alexander a souhaité offrir à ses résidents un sentiment d’intimité en y incorporant de nombreuses alcôves afin que chacun puisse y trouver un confort douillet.

Les couleurs et les tons qui prédominent dans ce loft sont les gammes de gris et de noir associées à du cuir patiné. Volontairement sombre, le mobilier contraste avec la lumière qui pénètre en abondance dans le loft.

Les espaces de vie comme la cuisine ou la salle de bain profitent eux aussi des inspirations industrielles par le biais d’étagères suspendues et de robinetterie en cuivre. Stahl + Band, une marque locale de meubles artisanaux ainsi que le studio de design/construction PSS Design Cult ont collaboré pour la cuisine. Le sol a été conçu avec du béton coulé sur place.

De nombreux miroirs viennent habiller les murs et agrandir encore les pièces, proposant ainsi des magnifiques jeux d’ombre et de lumière. Le mobilier a été créé sur mesure pour ce loft. Le salon comprend une table et des bancs fabriqués à partir d’un vieux chêne. La plate-forme du lit a elle aussi été conçue en bois.

Depuis la toiture-terrasse, la vue est panoramique, offrant un paysage à la fois urbain et naturel. Sur la terrasse sont implantés également un olivier vieux de 100 ans, une cuisine extérieure, une plateforme de yoga et une salle à manger ombragée par une pergola.

Bref, ce penthouse californien a tout pour nous faire rêver !

Des outils en ligne pour les entrepreneurs

Entreprendre lorsque l’on est persuadé que l’on a une bonne idée ou des clients potentiels, c’est quelque chose d’accessible. À tous. Vraiment ! C’est lorsqu’il faut se mettre réellement au boulot que cela se complique, réussir à s’organiser, concentrer ses efforts, s’affranchir du superflu pour rapidement atteindre les objectifs que l’on s’est fixé.

Savoir s’entourer est important, mais il faut savoir s’équiper également. Il existe pléthore de ressources gratuites et fiables sur internet qui pourront vous aider à combler vos lacunes, à accroitre vos connaissances et vos compétences moyennant souvent la modique somme de zéro euros !

En voici quelques-unes :

Faire estimer son entreprise pour lever des fonds

C’est souvent le nerf de la guerre pour les jeunes PME et les startups, lever de l’argent. Que ce soit auprès de grands groupes ou des VCs, il faut souvent injecter de l’argent dans une structure pour que celle-ci puisse grandir plus vite et atteindre de nouveaux objectifs. Mais avant d’aller contacter ces fameux fonds d’investissements, vous pouvez obtenir via différents sites tels que valorisation.io ou seedcamp.com des « projections ». En effet, en remplissant leurs questionnaires, vous pourrez savoir où vous vous situez et ainsi calibrer quels types d’investisseurs vous seriez susceptibles de rencontrer.

Aux Etats-Unis, par exemple, vous pouvez répondre au questionnaire en ligne gratuit «The most fundable companies » et ainsi vous recevrez (si vous êtes sélectionné) des commentaires personnalisés sur la structure de votre entreprise. Le système permet également de comparer votre entreprise à un de vos concurrents dans l’industrie dans laquelle vous opérez, de faire surgir des opportunités de marché etc.

La raison qui fait que l’on investira sur votre entreprise ou votre produit, c’est son potentiel de retour sur investissement. Généralement, ce sont les entreprises ayant un potentiel de croissance élevé qui retiennent l’attention des investisseurs.

En ce qui concerne l’acteur valorisation.io, un trentaine de question sont à prévoir et vous pourrez ainsi valoriser votre entreprise, le tout gratuitement, alors n’hésitez pas !

Google votre technicien informatique

Récemment, Google et Coursera (fournisseur de cours en ligne) se sont associés pour offrir à qui le souhaite un accès à des formations en informatique qui, auparavant, n’était disponible qu’en interne. Ces formations gratuites en ligne (selon conditions) permettent notamment d’apprendre les bases de l’informatique, tout ce qui a trait aux réseaux, aux systèmes d’exploitation, l’administration système, l’automatisation, la sécurité… Ce cours était gratuit avant le 20 Février 2018 pour les ressortissants américains, désormais il faut compter moins de 50 dollars par mois pour arriver au bout de cette formation qui dure au maximum 8 mois.

Rencontrez Alice, une amie qui vous veut du bien

En vous rendant sur helloalice.com et en vous créant un compte (gratuitement), vous aurez accès à de multiples ressources pour votre business. Que cela soit des conseils, des articles, des podcasts, des événements, vous trouverez une multitude de ressources compilées en un seul et même endroit. En plus d’avoir tout ce contenu, vous pourrez avoir accès à des communautés en ligne tels que des experts ou des mentors. La seule chose que vous devrez faire pour avoir un accès complet est de partager des informations relatives à votre activité.

L’aspect vraiment utile d’Alice, c’est qu’elle va adapter ce qu’elle vous présente en fonction de ce que vous consultez, un peu comme une sorte d’intelligence prédictive. Ainsi, une fois que vous avez visualisé un outil ou une ressource, Alice vous présentera d’autres contenus ainsi que de potentielles opportunités pertinentes pour votre cas. Plus vous passerez de temps sur cet espace, plus vous bénéficierez de matière intéressante.

Les réseaux sociaux et leurs contenus

Comme évoqué dans des articles précédemment, il faut avoir une présence en ligne, créer du contenu original et authentique pour capter une audience et la fidéliser. Le cerveau traite le visuel 60k fois plus vite que le texte, c’est pourquoi votre communication sur les différents réseaux est importante. Cela doit capter l’attention le plus rapidement possible.

Pour ce faire, nul besoin d’être un as de Photoshop (même si cela est un atout certain), d’être un photographe hors-pair ou bien d’engager quelqu’un pour le social média à temps plein. Avec un dénommé Pablo, il vous sera possible de créer du contenu visuel engageant sur vos réseaux.

Pablo est un outil d’édition gratuit créé par la plateforme Buffer (qui permet de gérer ses différents réseaux pour faire du pluri-postage). Fort de 600k images en stock, tout en ayant la possibilité d’y ajouter la sienne, Pablo vous permettra de superposer votre texte mais pas seulement. Il adaptera en fonction du média choisi les tailles idéales. Votre seule mission sera de trouver les bonnes punchlines pour attirer votre cible.

Vos propres podcasts depuis votre smartphone

Il existe un support de plus en plus plébiscité pour communiquer auprès de votre communauté ou de vos clients, il s’agit des podcasts. Avant, le podcast était réservé majoritairement à des gens disposant de matériels onéreux. Aujourd’hui il est possible de créer son propre podcast depuis son mobile, et ce à moindre coût (aussi bien en temps qu’en argent).

Avec l’application Anchor, disponible sur iOS et Android, vous pourrez enregistrer et publier vos podcasts avec pour unique outil votre téléphone. Nul besoin d’un micro, d’un logiciel d’édition audio ou encore d’un ordinateur, vous pourrez découper vote enregistrement, y intégrer des extraits sonores, même de la musique si vous disposez d’un compte chez Apple Music ou Spotify.

Anchor est lui-même un agrégateur de stations où il diffuse son contenu, mais il peut aussi le distribuer directement auprès des podcasts Apple et Google Play pour offrir encore plus d’exposition !

Gérer sa comptabilité

La comptabilité est souvent source de stress lorsque l’on est entrepreneur. Lorsque l’on n’y connait pas grand chose, la montagne peut sembler difficile à gravir tant les documents à remplir sont nombreux.

Avec l’outil Wave, vous pourrez gérer vos factures, vos dépenses, vous connecter à votre compte bancaire, télécharger des transactions, des informations à partir de feuilles de calcul etc. Cet outil est hautement personnalisable, vous pouvez prioriser vos actions etc.

La gestion de projets

Il existe de nombreux sites ou plateformes d’aide à la gestion de projets, mais bon nombre d’entre eux sont payants. Cependant la version gratuite de Wirke pourrait possiblement vous intéresser.

Permettant l’accès jusqu’à 5 utilisateurs, il n’y a cependant pas de limite au nombre de collaborateurs pouvant y accéder. Seuls les utilisateurs pourront créer et modifier des tâches, alors que les collaborateurs pourront consulter et discutter des projets en cours. Le nombre des tâches n’est pas limité, alors que cette option est généralement payante chez les autres.

Les utilisateurs de Wirke peuvent faire glisser et classer les tâches par priorité, partager des documents et d’autres fichiers, surveiller l’activité du groupe et plus encore via une application de bureau ou mobile. La version payante permet de créer plusieurs sous-dossiers, tableaux de bord, filtrage etc…

Scannez vos documents n’importe où

Combien de fois vous êtes-vous retrouvé en dehors de votre bureau ou sans votre ordinateur avec des fichiers à envoyer ? Pour gagner du temps et rester bien organisé, une application liée à Evernote peut vous sauver la mise.

En utilisant Scannable, vous pourrez capturer et organiser des copies papier de documents via la caméra de votre mobile. Il recadrera vos documents, les téléchargera en fichiers individuels et pourra les envoyer à qui vous le souhaitez.

Mieux encore, vous gardez des dizaines de carte de visite dans votre portefeuille ? En scannant ces cartes, vous pourrez lier les informations à Linkedin pour retrouver plus facilement vos contacts.

Ces quelques outils pourront vous être grandement utiles pour optimiser votre temps et être opérationnel tout en gagnant en mobilité et en autonomie.

Et vous, avez-vous d’autres astuces à nous partager ?

Slim Fit, une micro-habitation de 50 m2

Voici Slim Fit, une micro-habitation verticale de 50 mètres carrés conçue par Ana Rocha, architecte portugaise, dont l’agence est basée à la Haye. Conçue pour être dupliquée de par le monde, le premier Slim Fit a été livrée à Almere Poort aux Pays-Bas.

La surface au sol de cette maison est minime, à peine 16m2 soit la taille de deux places de parkings.

En misant sur la verticalité, les architectes ont ainsi gagné de l’espace supplémentaire, mais ce n’est pas la seule singularité dont fait preuve la maison. En effet, cette bâtisse est autoportante et connectée. Elle peut également s’insérer entre deux bâtiments déjà existants. Dotée de grandes fenêtres et d’une belle hauteur sous plafond, cette habitation dispose d’un espace confortable et luxueux.

Les grandes fenêtres sur les quatre façades permettent une utilisation idéale de la lumière naturelle : réchauffement des espaces lorsque le soleil est de la partie, mais aussi refroidissement pour assurer une ventilation optimum.

Les étages sont répartis en trois espaces de vie, correspondant aux grandes fonctions du quotidien :

-cuisiner et manger, se trouvent au rez de chaussée

-vivre et se détendre, au premier étage

-dormir, au second étage

Pour une construction légère et rapidement mise en oeuvre, la maison a été conçue avec une structure en bois et un remplissage en panneaux de bouleau pour les murs intérieurs, en bois d’Ayous pour les façades.

Ce n’est pas seulement l’aspect écologique qui est mis en avant par cette maison, mais l’aspect pratique et la rapidité d’exécution également, car seulement deux jours suffisent à faire sortir de terre cette habitation. Dans une société où l’on a de moins en moins de place dans les villes, cette alternative aussi bien écologique que design peut apporter des précieuses solutions d’hébergement.

       

Les indispensables du Social Media Marketing

Pour accroitre son activité, développer et fidéliser sa clientèle, les médias sociaux s’avèrent aujourd’hui incontournables. Mais lorsque l’on communique sur le web, il y a des principes fondamentaux dont on ne peut s’affranchir, en particulier dans une société où le « social faux-pas » peut vite devenir viral et ternir l’image de l’entreprise.

En respectant les principes mentionnés ci-dessous, votre communication pourra, au mieux, impacter vos résultats, au minimum, vous éviter de faire des erreurs qui risqueraient d’entacher votre e-réputation.

Savoir écouter

Avant de communiquer auprès de sa cible, il est impératif de l’identifier, savoir ce qu’elle affectionne, via quels canaux l’appréhender, avec quel genre de contenu. Sachez répondre aux questions « Quoi ? Qui ? Quand ? Pourquoi ? Où ? Comment ? »

Établissez des « personnas » pour mieux cibler votre communauté, développez leurs « user journey » autrement dit, les différentes actions qu’ils sont susceptibles d’entreprendre dans une journée pour répondre au mieux aux questions précédentes. Essayez de consulter le contenu online que votre cible est susceptible de consommer pour produire à votre tour du contenu pertinent.

Ne pas s’éparpiller

Sachez concentrer vos efforts sur des plateformes qui en valent le coup d’un point de vue marketing. Ne redoublez pas d’ingéniosité sur Snapchat si votre cible ne se trouve pas sur ce canal là. Privilégiez une stratégie social média sur-mesure pour un canal en particulier plutôt qu’une stratégie générale qui ne ferait que dupliquer les contenus sur toutes les plateformes.

Il vaut mieux communiquer de manière efficace uniquement sur Facebook ou sur Instagram plutôt que de communiquer sur 10 réseaux sociaux avec la même stratégie.

Cela va de pair avec la qualité de ce que vous proposez. Il fut un temps où communiquer de manière abondante était plébiscitée, ce n’est désormais plus le cas. La qualité vaut mieux que la quantité. Il vaut mieux réussir à engager 1000 personnes sur une de vos publications, qui interagiront entre elles et relaieront votre contenu plutôt que d’avoir 10 000 personnes qui ne bougeront pas.

La communauté active que vous avez bâti est « prescriptrice » auprès de sa propre communauté et finira par communiquer elle aussi pour votre compte sans même s’en rendre compte.

Soyez patients

Rome ne s’est pas construit en un jour. Il en va de même pour votre succès, celui-ci ne se fera pas du jour au lendemain. C’est seulement sur le long terme que vous pourrez voir apparaitre des résultats. Vous pourrez alors les analyser pour ensuite corriger le tir. Cependant, ne vous limitez jamais à ne produire que ce qui fonctionne. Essayez diverses publications, ajoutez de nouvelles composantes à votre ligne éditoriale comme des vidéos, des jeux, des infographies… et analysez les résultats. En ayant multiplié les différents axes de vos contenus, vous serez plus à même de savoir ce qui a de l’impact sur votre cible.

Les influenceurs

Voici une technique très en vogue lorsque celle-ci est bien exécutée, celle de s’accorder les « services » d’influenceurs. Ces prescripteurs jouissent d’une large communauté et d’une base fan qui est aux aguets. Ce sont des piliers sur lesquels on peut se reposer pour accroitre sa notoriété. Tentez de vous connecter avec ces influenceurs que vos produits ou services pourraient intéresser, établissez des relations avec eux. Ils pourront alors relayer vos communications auprès de leur propre public.

Développer de la valeur

Si l’essentiel du temps que vous passez sur internet, et en particulier sur les réseaux sociaux, n’est consacré qu’à la promotion directe de vos produits et/ou services, les gens vont arrêter de vous écouter. Vous devez ajouter de la valeur à vos conversations, et pour cela, il ne faudra pas réfléchir uniquement en terme de conversion et d’augmentation de chiffre d’affaires. En mettant en place les différents conseils développés ci-dessus, vous verrez votre communauté active grandir, ce qui à terme produira la conversion tant recherchée.

La loi de l’accusé de réception

Chaque nouvelle rencontre peut s’avérer enrichissante. Certaines moins que d’autres effectivement, mais n’ignorez personne. Lors d’une soirée networking, vous échangez avec les gens qui viennent se présenter à vous. Il en va de même lorsque l’on se retrouve online.

Votre succès sur les médias sociaux repose sur les relations que vous entretenez avec chacun, n’ignorez donc jamais quelqu’un qui vous tend la main. Le « bad buzz » est vite arrivé, et on ne sait jamais de quoi sera fait une nouvelle rencontre. Les opportunités ne sont pas toujours là où l’on croit.

Soyez accessible

On l’a vu récemment avec l’émergence des fameux chatbots, ces robots qui font office de SAV ou de guide pour les utilisateurs. Cette méthode est une mise en pratique parfaite de l’affirmation « Soyez accessible ». Si toutefois vous n’avez pas les moyens de mettre en place des chatbots, restez disponible pour votre public. Publiez du contenu oui, mais n’hésitez jamais à interagir dans les conversations que cela peut susciter. Si votre présence en ligne n’est qu’unilatérale, votre public ira voir ailleurs et vous remplacera.

La réciprocité

Le nerf de la guerre, c’est l’engagement que l’on souhaite voir grandissant lorsque l’on communique en ligne. Et pour voir son engagement grandir, il faut que d’autres acteurs partagent votre contenu et parlent de vous. Pour cela, il faut que vous aussi vous partagiez ce qu’ils font et que vous pratiquiez le principe de réciprocité. C’est ainsi qu’est né le UGC (user generated content). Le principe est de mettre en avant le contenu original d’un de vos followers. Celui-ci est intéressant pour deux aspects. D’abord vous gagnerez du temps sur la création de contenu puisque vous n’en n’êtes pas à l’origine, et ensuite vous mettrez en lumière les membres de votre communauté ce qui ne fera qu’accroitre les liens que vous entretenez avec celle-ci.

Et vous, sur les médias sociaux, quels sont vos indispensables ?