Embaucher son 1er collaborateur…

La vie d’entrepreneur est souvent un long chemin solitaire. Mais pas nécessairement. À terme, l’objectif est de faire grandir son équipe, mais il s’avère nécessaire de le faire sans précipitation et avec suffisamment de réflexion. Selon les chiffres de l’OCDE, il y a deux fois plus d’entrepreneurs sans employés que d’entrepreneurs ayant des salariés. Mais paradoxalement, ce sont les petites entreprises qui offrent le plus d’emplois par comparaison aux grandes entreprises.

Si vous en êtes à ce tournant de votre startup ou entreprise, il se peut que vous hésitiez car vous ne savez pas vraiment comment procéder. Voulez-vous embaucher un membre de votre famille ? À temps plein ou partiel ? Travailler sur place ou à distance ? Quelqu’un sur le territoire français ou à l’étranger ? Toutes ces considérations sont importantes mais d’autres moins évidentes sont aussi à prendre en compte.

Choisissez des personnalités compatibles

C’est un point essentiel, la symbiose de votre équipe. Il y a des choses qui ne se commandent pas, et la bonne entente en est une. Néanmoins, cette bonne entente doit se faire aussi bien au niveau du travail qu’au niveau de l’affect. Dans une petite entreprise, on ne peut pas se cacher ou s’éviter, le rôle de chacun est vital. Ainsi, les personnalités de vos collaborateurs doivent pouvoir matcher les unes avec les autres pour assurer un climat harmonieux et serein dans l’équipe.

Le nouvel arrivant doit être capable de faire son travail, mais la façon dont il s’insère dans l’équipe ainsi que la manière dont il appréhende la culture d’entreprise reste fondamentale. Souvent ce critère d’embauche est sous évalué.

Les compétences doivent être additives

Si le candidat n’est pas en mesure de faire le travail demandé mieux ou plus rapidement que vous, ne l’engagez pas. Que ce soit en interne ou à distance, il faut veiller à intégrer de nouveaux collaborateurs qui sont meilleurs et plus performants que les autres membres de l’équipe au niveau de leurs compétences spécifiques. Si vous recrutez un designer ou un responsable marketing, il doit être meilleur que vous, sinon vous n’en avez pas besoin. Il doit pouvoir vous apporter un réel savoir-faire qui dynamisera votre entreprise.

N’ayez pas peur d’embaucher le meilleur

Ne cherchez que l’excellence, efforcez-vous de recruter le meilleur candidat plutôt que d’embaucher quelqu’un qui n’est pas parfait mais que vous pourrez former. Votre temps est précieux, vous ne pourrez pas former correctement un collaborateur débutant au vu de la montagne de travail que vous avez. Cette perte de temps nuira à votre productivité, sera chronophage et très énergivore. Vous risquez cependant d’être tenté de former un junior car

il vous coûtera moins cher mais réfléchissez bien au préalable. La démarche n’est pas la même et la valeur ajoutée pour l’entreprise ne sera pas immédiate.

Optez pour le « split-test »

Souvent décriée et considérée comme peu éthique, cette technique consiste à engager trois personnes pour le même rôle et les mettre en compétition durant un temps donné. Pendant une semaine vous les évaluez, sur leurs résultats ou leur rendement, et à l’issue de celle-ci vous gardez celui qui est le plus performant. Ce contexte compétitif permettra de faire ressortir le meilleur élément. Même si cela vous coutera plus cher au début car vous devrez débourser trois salaires, cela pourra être rentable sur le long terme.  Bien sûr, ce contexte est très particulier, il faut donc bien délimiter au préalable le périmètre d’action de chacun et l’exprimer clairement aux candidats.

En tant qu’entrepreneur votre marge d’erreur est limitée car toute action à un impact direct sur le rendement et les performances de votre entreprise. Une fois que votre entreprise prospèrera et que vous serez en mesure d’embaucher de plus en plus de collaborateurs, vous y verrez plus clair dans votre stratégie de recrutement qui évoluera et se structurera.