Page 33

ArchiBat RH vous offre des places pour le premier salon du BIM à Paris les 25 et 26 mars 2015

Paris va héberger le 1er salon du BIM au CNIT Paris La Défense les 25 et 26 mars prochain. ArchiBat RH sera présent sur le salon au stand n° (à venir) : venez-nous voir !

Alexandra Lassen : Architecte franco-danoise expatriée en Chine (1/2)

architecte

« Unique », « singulière », tels sont les adjectifs qui viennent à l’esprit lorsque l’on songe à Alexandra Lassen. Le parcours de cette architecte franco-danoise, également diplômée de la FEMIS, est fascinant. Pendant dix ans, elle a mené simultanément une carrière d’architecte avec celle de décoratrice de plateau. En 2010, le virus de la nouveauté a poussé Alexandra dans une nouvelle aventure, celle de la découverte de l’Asie. Elle nous en livre ses premières impressions.

Alexandra Lassen, l’architecture, atavisme familial ?

Oui, comme souvent dans les professions libérales ; ma grand-mère danoise était architecte ainsi que son fils, mon père, et sa fille. Il a fondé son agence en France avec Jacques Rivet son associé juste après la seconde guerre mondiale. Au fond, sans vraiment vouloir me l’avouer parce que je trouvais cela un peu trop évident, je savais qu’un jour j’exercerai le métier d’architecte. En 1988, ma mère m’a inscrite à l’école d’architecture en me disant : « On verra plus tard ». Et le « plus tard » a duré sept ans.

Vous étiez satisfaite de vos études ?

Oui, beaucoup. J’ai commencé à travailler tout de suite en parallèle de mes études notamment avec mon frère aîné qui avait déjà ouvert son cabinet. Je pense qu’un étudiant en architecture doit s’intégrer dans le monde du travail le plus vite possible quitte à rallonger ses études d’une année. En fait, on gagne du temps car on acquiert de l’expérience et c’est ce que l’on demande à un jeune architecte : être opérationnel rapidement.

Une fois votre diplôme obtenu, qu’avez-vous fait ?

Cela peut sembler un peu incongru. En 1995, j’ai réussi le concours d’entrée à la FEMIS où j’ai suivi la filière de décorateur de cinéma. Il faut croire que l’atavisme a encore frappé… En effet, mes deux parents travaillaient beaucoup. C’est pourquoi, j’ai passé beaucoup de temps avec ma grand-mère française, une femme merveilleuse… et propriétaire d’un cinéma en province. J’y ai découvert tous les films des années 70, 80 et surtout des films populaires français. La passion des salles obscures m’est ainsi apparue très tôt.

Vous aviez déjà le goût des voyages ?

Oui, j’ai toujours aimé voyager et découvrir le monde, héritage de mes parents qui m’ont toujours trimballée avec eux au cours de leurs voyages. Ils m’ont aussi appris à observer, écouter et apprécier échanger avec autrui. En 1998/99, j’ai profité d’un programme d’échanges de la FEMIS pour suivre une année d’études à la FTRS, son équivalent à Sidney. Dans nos domaines d’activités, c’est important. On ne peut pas créer dans son coin, ces métiers mélangent des personnes provenant de milieux, d’âge et de cultures très différents. L’échange, l’écoute et l’observation font partie du travail : c’est un mode de vie, de pensée.

C’est à ce moment-là que vous êtes allée en Chine pour la première fois?

C’était en 1999. Je devais sortir du territoire australien tous les six mois et j’ai opté pour le billet le moins cher, destination : la Chine. Rien ne m’avait préparée à cette rencontre. Je suis arrivée à Pékin un soir de froid hivernal. La ville m’a semblée dense, sombre et j’étais entourée de monde à pied… à vélo… partout. C’était bruyant, les odeurs étaient fortes et j’errais dans le centre des hutongs absolument émerveillée, fascinée par ce qui se présentait devant moi, car cela ne ressemblait à rien de ce que j’avais pu découvrir auparavant. Le contraste avec l’Australie s’avérait total.

De retour à Paris, comment cela s’est-il passé pour vous ?

Après hésitation, rester ou ne pas rester ? Je suis rentrée en France où j’ai passé mon diplôme de la FEMIS. Dix jours après j’ai commencé à travailler comme assistante sur un long métrage. Tout s’est enchaîné alors de façon très fluide. Dans le cinéma, j’ai gravi tous les échelons, et pendant dix ans, j’ai jumelé les deux activités : celle d’architecte en freelance et de décorateur de cinéma. Je travaillais sur deux trois films par an en moyenne, et le reste du temps je travaillais en architecture pour des particuliers. Je gérais toutes les phases des projets : conception, DDCE, suivi de chantier et choix du mobilier.

Cependant le rythme devait être très soutenu ?

Oui, l’emploi du temps était bien chargé. Dans le cinéma surtout, les journées de travail sont intenses et peuvent durer quinze, seize heures par jour. Lorsque mon enfant est né en 2007, c’était moins compatible. J’ai alors recentré mes activités en architecture en développant ma clientèle particulière et en travaillant en freelance chez RDAI, Rena Dumas Architecture d’intérieur à partir de 2008.

C’est une structure très prestigieuse…

C’est le cas en effet, et sa réputation n’est pas usurpée. En tant que freelance, j’enchaînais des missions de six semaines, APD et DCE pour des projets de boutiques Hermès. Les projets étaient complexes, très sophistiqués, et beaucoup de soin était apporté aux détails. C’est vraiment de la haute couture appliquée à l’architecture d’intérieur.

A suivre…

Enquête RegionsJob 2015 : quels sont les outils les plus utilisés par les recruteurs ?

enquête recruteur

RegionsJob a procédé à une enquête sur les méthodes de recrutement en France en interrogeant une sélection de DRH sur les outils les plus utilisés pour trouver les bons candidats. Décryptage des résultats de l’enquête.

Les outils les plus plébiscités par les DRH français

Pour trouver les bons profils, les recruteurs utilisent très largement les sites internet d’offres d’emploi, les candidatures spontanées afin de créer un vivier de candidats et les services publics dédiés à l’emploi tels que Pole emploi et l’Apec. Les recruteurs utilisent également comme outil complémentaire les réseaux sociaux, la cooptation pour les profils qualifiés, le site internet carrière de l’entreprise, les cabinets de recrutement et très marginalement la presse spécialisée.

enquête recruteur

Le site d’offre d’emploi, 1er outil de recrutement

Les sites d’offres d’emploi restent le canal le plus utilisé par les recruteurs. Plus d’un tiers des recruteurs utilisent les jobboards pour diffuser leurs annonces plusieurs fois par an. Ils font également un large usage des Cvthèques. Près de 40% d’entre eux les consultent quotidiennement. Inversement, l’usage du vivier des candidatures spontanées et de la cooptation dépend généralement de la conjoncture. En période d’embauche, les recruteurs utilisent tous les canaux de recrutement à leur disposition. Les entreprises font également appel aux cabinets de recrutement pour rechercher les profils plus expérimentés et qualifiés.

L’essor confirmé du recrutement via les réseaux sociaux

L’étude comparative de RegionsJob démontre que l’usage des réseaux sociaux dans le cadre du recrutement est de plus en plus répandu. 53% des recruteurs les utilisent, et ce chiffre est stable par rapport à ce qui ressort de l’enquête de 2012 où 54% des recruteurs déclaraient utiliser les réseaux sociaux. En tête des réseaux utilisés figurent les réseaux sociaux professionnels, tels que Viadeo et LinkedIn. 94% des recruteurs sont présents sur Viadeo, 77% sur Linkedin, alors que seulement 44% sont présents sur Facebook et 31% sur Twitter. Cependant, cet outil constitue seulement un canal complémentaire par rapport à l’usage des sites d’offre d’emploi. Moins de 10% des postes sont pourvus grâce à un recrutement via les réseaux sociaux. Les entreprises utilisent les réseaux sociaux principalement pour trouver de nouveaux profils très spécialisés.

Pour plus de détails, consultez l’enquête intégrale !

Cinq projets finalistes du Prix Mies van der Rohe

prix Mies van der Rohe

Parmi les 420 candidatures, cinq finalistes ont été désignés le 25 février pour le Prix d’architecture Mies van der Rohe. Deux prix sont en jeu, le Prix de l’Union européenne pour l’architecture contemporaine, consistant en un bourse de 60 000 euros, et la mention spéciale « Jeune architecte », dotée de 20 000 euros. Les prix seront remis le 8 mai lors d’une cérémonie à Barcelone où les finalistes présenteront leurs projets. Nous vous proposons de découvrir les projets en lice.

Le Musée d’art de Ravensburg en Allemagne

Réalisé par l’agence allemande Lederer Ragnarsdóttir Oei, il s’agit du premier musée passif au monde. L’attention s’est principalement portée sur l’étanchéité et l’isolation thermique du bâtiment. Les architectes ont également cherché à adapter le nouveau musée au panorama historique de Ravensburg, en concevant notamment les façades en briques.

prix Mies van der Rohe

Le Musée maritime d’Elseneur au Danemark

Le Musée a été conçu par les architectes danois de l’agence BIG (Bjarke Ingels Group), et se situe dans l’enceinte du château de Kronborg, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le défi était de créer un bâtiment moderne en respectant le patrimoine historique. Les architectes ont ainsi transformé un ancien bâtiment du port de la ville en espace artistique souterrain.

prix Mies van der Rohe

Les chais de la Maison Antinori en Toscane

Le site est entouré par les collines de Chianti, couvertes de vignobles, à mi-chemin entre Florence et Sienne. Signés par les architectes italiens d’Archea Associati, les chais sont organisés sur plusieurs niveaux et construits avec des matériaux qui reflètent les couleurs du sol, afin de se fondre harmonieusement dans le paysage viticole.

prix Mies van der Rohe

La salle philharmonique de Szczecin en Pologne

Élaboré par les italos-espagnols de l’agence Barozzi/Veiga, le bâtiment englobe une salle philharmonique pouvant accueillir 1000 spectateurs, une salle de musique de chambre pour 200 spectateurs, un espace multifonctionnel pour des expositions et des conférences et un large foyer. Il a été conçu comme un élément léger via une façade illuminée de l’intérieur.

prix Mies van der Rohe

Le centre pour étudiants de Saw Swee Hock à Londres

Enfin, dessiné par les Irlandais de l’agence O’Donnell+Tuomey, le centre des étudiants de la London School of Economics a été conçu pour représenter un centre étudiant contemporain dynamique. Le bâtiment est un espace multifonctionnel, incluant aussi bien un pub, des beaux et une salle de sport. Caractérisé par des formes géométriques complexes, il est constitué de briques traditionnelles.

prix Mies van der Rohe

 Quel est votre projet préféré ?

 

Agenda : toutes les expos architecture à Paris et en France pour le mois de MARS 2015

Quelles sont les expo architecture cette semaine à Paris ?

Les expo architecture de cette semaine !

UN BATIMENT, COMBIEN DE VIES ?

  • DATES : du 17 décembre 2014 au 28 septembre 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : ouverture du débat à vision éthique sur la métamorphose du patrimoine moderne (mi XIXe – fin XXe), et notamment celui des Trente glorieuses, le moins considéré et le plus en danger car souvent jugé plus facilement renouvelable.
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/
  • TARIF : Plein tarif : 8€, Tarif réduit : 6€

OUVERTURE : tous les jours sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu’à 21h00

PARIS HABITAT

  • DATES : du 12 février au 12 mai 2015
  •  : Pavillon de l’Arsenal, 21 boulevard Morland, 75004 Paris
  • DESCRIPTION : une maquette-installation de 120 m2 qui rend compte d’une institution centenaire, Paris Habitat, gérant un peu moins de 10% des logements parisiens.
  • SITE WEB : www.pavillon-arsenal.com
  • TARIF : entrée libre

OUVERTURE : du mardi au samedi y compris fériés (sauf 1er janvier) 10h30-18h30, dimanche 11h-19h.

LES ENTRETIENS DE CHAILLOT

  • DATES : jusqu’au 11 mai 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : conférence mensuelle d’un architecte sur ses réalisations et projets, sa pensée, ses méthodes.
    – 9 mars : Anne-Flore Guinée et Hervé Potin (Nantes)
    – 13 avril : Georges Heintz (Strasbourg)
    – 11 mai : Christian Kerez (Zürich)
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/fr/auditorium/colloques_conferences_et_debats/les_entretiens_de_chaillot/
  • TARIF : Entrée libre dans la limite des places disponibles

OUVERTURE : tous les lundi à 19H

LA CASA DI MOLLINO

  • DATES : du 5 février au 30 avril 2015
  •  : Istituto Italiano di Cultura, 73 rue de Grenelle, 75007 Paris
  • DESCRIPTION : riche exposition autour de l’œuvre audacieuse et foisonnante de l’architecte- designer turinois Carlo Mollino (1905-1973). Meubles originaux, projets, dessins, maquettes d’architecture et d’automobiles ainsi que des célèbres photographies Polaroid sont à découvrir.
  • SITE WEB : http://www.iicparigi.esteri.it/
  • TARIF : non précisé

OUVERTURE : Tous les jours (sauf samedi et dimanche) 10h-13h et 15h-18h.

FRANK GEHRY

  • DATES : du 8 octobre 2014 au 16 mars 2015
  •  : Centre Pompidou
  • DESCRIPTION : Rétrospective consacrée à l’oeuvre de Frank Gehry
  • SITE WEB : https://www.centrepompidou.fr/
  • TARIF : Plein tarif : 13€, Tarif réduit : 10€

OUVERTURE : tous les jours, sauf le mardi, de 11h00 à 21h00

GRAINS DE BATISSEURS

  • DATES : du 13 décembre 2014 au 14 mars 2015
  •  : Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes, 10 rue Vauquelin, Paris 75005
  • DESCRIPTION : Construire en terre, de la matière à l’architecture
  • SITE WEB : http://www.espgg.org/Grains-de-Batisseurs
  • TARIF : Entrée libre et gratuite

OUVERTURE : du mardi au samedi, de 14H à 17H

AILLEURS / OUTWARDS

  • DATES : du 29 janvier 2014 au 09 mars 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : 10 bâtiments livrés hors de France entre janvier 2012 et décembre 2013, selon le palmarès du Grand Prix AFEX 2014
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/
  • TARIF : Entrée libre

OUVERTURE : tous les jours sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu’à 21h00

VIOLLET-LE-DUC, LES VISIONS D’UN ARCHITECTE

  • DATES : du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : Rétrospective de l’oeuvre de Eurgène Viollet-le-Duc (1814-1879), architecte, et fndateur du musée de sculpture comparé
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/
  • TARIF : Entrée libre

OUVERTURE : tous les jours sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu’à 21h00

REVOIR PARIS

  • DATES : du 20 novembre 2014 au 09 mars 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : Vision futuriste de la Ville Lumière par François Schuiten et Benoît Peeters
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/
  • TARIF : Plein tarif : 5€, Tarif réduit : Entrée libre

OUVERTURE : tous les jours sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu’à 21h00

ARS ARCHITECTONICA

  • DATES : du 20 novembre 2014 au 9 mars 2015
  •  : Cité de l’architecture & du patrimoine, Palais de Chaillot, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris
  • DESCRIPTION : Interprétation contemporaine de l’architecture
  • SITE WEB : http://www.citechaillot.fr/
  • TARIF : Entrée libre

OUVERTURE : tous les jours sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu’à 21h00

PARIS | UNE HISTOIRE. ART, ARCHITECTURE ET DESIGN DES ANNEES 1980 A NOS JOURS

  • DATES : du 2 juillet 2014 au 7 mars 2016
  •  : Centre Pompidou
  • DESCRIPTION : Nouvelle présentation des collections contemporaines du Centre Pompidou sur plus de quatre cents œuvres
  • SITE WEB : https://centrepompidou.fr/
  • TARIF : Plein tarif : 13€, Tarif réduit : 10€

OUVERTURE : tous les jours, sauf le mardi, de 11h00 à 21h00

Le Pavillon de la France à l’Exposition universelle de Milan

exposition universelle

La France a dévoilé les contours du Pavillon qui la représentera lors de l’exposition universelle de Milan qui débutera le 1er mai, jusqu’au 31 octobre 2015. Le thème générale de l’exposition est « Nourrir la planète, énergie pour la vie », et la France a choisi l’angle « Comment produire et nourrir autrement ? ». Le pavillon s’efforce donc de refléter cette problématique.

Architecture et défi alimentaire

Créé par l’agence d’architecture X-TU, le pavillon français est un bâtiment de plus de 2000 m² conçu principalement en bois nu, et qui s’inspire des halles aux marchés, du type Baltard, que l’ont retrouve partout en France. Le bâtiment est entièrement démontable et remontable et met en valeur des innovations uniques en France en matière d’architecture bois. Les assemblages de pièces géométriques complexes sont invisibles. De plus, le bâtiment représente une halle ouverte sur la ville afin de rappeler que le défi alimentaire sera avant tout un défi urbain du fait qu’en 2050, 80% de la population résidera en zone urbaine. Il suggère également un paysage inversé, son plafond vallonné abonde de productions animales et végétales.

Scénographie du Pavillon français : le parcours initiatique du visiteur

La scénographie du pavillon français est basée sur l’idée de la halle au marché en tant qu’espace d’échanges et lieu de rassemblement. Le visiteur découvre en entrant dans l’espace France, un jardin luxuriant sous forme de labyrinthe et réunissant une soixantaine d’espèces végétales. Ensuite, différents paysages se succèdent pour refléter la culture céréalière, l’élevage, la polyculture et la culture maraîchère. L’objectif est de montrer la diversité des paysages façonnés par l’agriculture. La suite du parcours du visiteur est conçues comme un parcours initiatique présentant les réponses proposées par la France à la thématique de l’exposition universelle.

Découvrez l’architecture et la scénographie du bâtiment plus en détails en vidéo :

Réforme de la formation professionnelle : ce qu’il faut retenir

formation professionnelle

Déjà l’objet d’une réforme en 2009, la législation sur la formation professionnelle a de nouveau été amendée afin de favoriser l’orientation des financements vers les salariés qui en ont le plus besoin. La loi de 2014 apporte également d’autres nouveautés. Les entreprises ont désormais une obligation de former et non plus seulement une obligation de cotiser. Une place accrue est également donnée au dialogue social et à l’initiative du salarié. Nous vous présentons dans cet article, les principaux points qu’il faut retenir de la réforme.

Un entretien professionnel obligatoire et régulier

L’entretien professionnel est désormais obligatoire tous les deux ans et doit être complété d’une évaluation du parcours du salarié tous les 6 ans. A l’occasion de l’entretien professionnel, l’employeur doit faire un état des lieux du parcours professionnel du salarié dans l’entreprise. Cela doit être formalisé par écrit. L’objectif est de créer un droit à la formation pour tous et favoriser l’évolution professionnelle des salariés. En cas de non respect de la règle, les entreprises de plus de 50 salariés s’exposent à des pénalités financières.

La formation professionnelle gérée via le Compte personnel de formation

Se substituant au DIF depuis le 1er janvier 2015, le Compte personnel de formation (CPF) permet pour un salarié à temps plein d’obtenir, à partir de 16 ans et jusqu’à la retraite, jusqu’à 150 heures de formation mobilisables. A l’inverse du DIF, le CPF est transférable. Il suit le salarié tout au long de sa vie active. Les conditions relatives à la mobilisation du CPF sont aussi plus souples. Le salarié peut utiliser ses heures sans l’autorisation de son employeur si la formation se déroule hors de son temps de travail. Cependant, quant au contenu des formations éligibles, le CPF est plus restrictif. Seules sont éligibles, les formations certifiantes, qualifiantes et/ou diplômantes. Elles doivent être reconnues comme tel par la commission paritaire nationale de la branche professionnelle dont relève l’entreprise ou par les instances nationales ou régionales compétentes. Enfin, afin d’accompagner le salarié dans ses projets d’évolution professionnelle, un service gratuit et accessible à tous est créé, le conseil en évolution professionnelle. Il est mis en œuvre pour les salariés et les demandeurs d’emploi, par les Opacif, Pôle Emploi, Cap Emploi, les Missions locales, l’Apec et les Fongecif.

Les règles du financement de la formation professionnelle revisitées

Le nouveau système de financement de la formation a été simplifié et est basé sur une contribution unique de 1 % (0,55 % pour les entreprises de moins de dix salariés) et les entreprises échangent avec un seul interlocuteur (l’OPCA). Dans le cadre de négociations au sein des branches professionnelles, il est possible de prévoir la mise en place de contributions supplémentaires. Ces dispositions s’appliqueront à partir de 2016 pour les contributions dues au titre de l’année 2015.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous interroger !

La crèche de la Girafe par l’agence Hondelatte Laporte Architectes

Située dans la ZAC Seguin Rives de Seine à Boulogne-Billancourt, au pied de la « non-tour » imaginée par Jean Nouvel, la crèche de la Girafe ne manque pas d’originalité ! La tête d’une gigantesque girafe jaune sort du toit et ses pattes semblent agir comme une colonne de soutien du bâtiment. L’animal n’est pas solitaire, une oursonne escalade l’une des façades de la garderie, ainsi qu’une groupe de coccinelles.

Un bâtiment intégré dans le paysage architectural du quartier

L’ensemble du quartier offre un « skyline » vallonné et pour s’y intégrer la crèche est conçue sur la base de trois strates empilées sous forme de gradins, reprenant ainsi l’articulation de toutes les caractéristiques du quartier : empilement, terrassement et rampe. Le bâtiment abrite une crèche de 60 berceaux et une structure multi-accueil de 30 berceaux. Il a obtenu le label environnemental « Zéro Energie Effinergie ».

Un parti pris pour les espaces extérieurs

Trois aires de jeux exposées plein Sud agrémentent le bâtiment dans la continuité des espaces intérieurs, et sont chacune identifiable par la présence d’une sculpture animale. L’idée est d’animer le paysage urbain en utilisant l’imagination enfantine. Pour Raphaëlle Hondelatte et Mathieu Laporte, « la qualité des espaces extérieurs qualifie fortement un bâtiment ».

crèche de la girafe

crèche de la girafe

crèche de la girafe

Adresse : Zac Seguin – Ilot C1 – Boulogne-Billancourt 92100

Maîtrise d’ouvrage : SAEM Val de Seine

Maîtrise d’œuvre : Hondelatte Laporte Architectes

Surface : 1450 m²

Montant des travaux : 3 740 000 euros

Livraison : 2012

Nouvel an chinois 2015 : année de la chèvre

nouvel an chinois

A l’occasion du nouvel an chinois, Archibat vous présente ses meilleurs vœux !

L’année 2015 est sous le signe de la chèvre (ou du mouton). Dans l’astrologie chinoise, la chèvre occupe la huitième position du cycle du zodiaque. Chaque signe a des aspects positifs et négatifs. Les personnes nées sous le signe de la chèvre sont sensibles, créatives et fiables. Elles sont cependant assez timides, peu enclines à prendre des décisions, généralement soucieuses et parfois pessimistes. Ce signe est peu populaire en Chine, mais constitue tout de même un symbole de chance et de bonne fortune.

Nous vous souhaitons donc une année riche en créativité et prospère !

Test de personnalité : Dis moi ton groupe sanguin, je te dirai qui tu es !

test de personnalité

Basés sur les couleurs, les chiffres, les choix de vie ou encore d’autres critères, il existe de nombreux types de tests de personnalité. En Asie du Sud-Est, particulièrement au Japon et en Corée, le test de personnalité le plus populaire est basé sur le groupe sanguin ! Cette croyance est si ancrée, qu’il arrive même qu’un test sanguin soit effectué dans le cadre d’un recrutement d’embauche, ou un entretien d’admission à l’université, alors que c’est strictement interdit par la loi.

Dans ces pays, on considère que les personnes du groupe A sont honnêtes, sensibles, créatives, réservées, mais aussi pointilleuses, têtues et tendues. Une personne du groupe B est active, créative, cependant elle a tendance à être égoïste et inconstante. Une personne du groupe AB est plutôt maîtresse d’elle-même, adaptable quoique assez critique et indécise. Enfin, une personne du groupe O est sûre d’elle et optimiste, ainsi que plutôt froide et sceptique.

Pour connaître votre portrait basé sur votre groupe sanguin, faites le test !