Xavier Ricou, du Sénégal à la France, de la France au Sénégal

Xavier est né en 1959 au Sénégal, d’un père français employé de banque et d’une mère sénégalaise, juge hautement renommée. Après une enfance passée à Dakar, la famille déménage à Paris dans un contexte de « sénégalisation » des postes. Pour Xavier, l’architecture n’est pas une vocation, mais comble un fort désir de création, d’observation et de compréhension du monde. Il étudie à l’Unité Pédagogique d’Architecture n°1 du Quai Malaquais pendant six ans, dont deux années dans l’atelier « Tiers-Monde » dirigé par Patrice Dalix. Les voyages rythment son parcours : Égypte, États-Unis, Tunisie, l’étudiant compile des expériences culturelles et rencontre sa future épouse d’origine roumaine. Le diplôme d’architecte obtenu, il réalise son service militaire en coopération. Ainsi démarre sa carrière d’architecte, d’urbaniste, de maître d’ouvrage, d’écrivain, d’historien, bref, de professionnel accompli.

Vingt ans pour la France à l’étranger

La première année, Xavier exerce l’architecture pour le compte du ministère de l’Equipement au Burkina Faso. Expérience marquante, il rentre en France en moto en traversant le Sahara. Le ministère des Affaires étrangères en France lui propose une mission d’urbanisme de quatre ans au Pérou, où sa première fille naît. Puis il est affecté six ans en Côte d’Ivoire comme architecte au ministère de la santé. Une mission de deux ans lui est par la suite confiée à l’Agence d’Urbanisme et d’aménagement de Guadeloupe afin d’y développer des opérations de résorption d’habitat insalubre, période pendant laquelle sa deuxième fille voit le jour. Il réalise ensuite pendant trois ans une mission d’urbanisme au Cameroun. En 2004, vingt ans après l’obtention de son diplôme, les missions de coopération internationale se raréfient et Xavier cherche donc à s’insérer sur le marché professionnel français. Mais avec un parcours aussi diversifié, la tâche n’est pas aisée. C’est alors qu’il choisit d’inscrire sa trajectoire dans le sillon de ses ancêtres sénégalais.

Retour au Sénégal

Décidé à poursuivre des travaux généalogiques initiés par son grand-père, il part à la rencontre de ses ancêtres à Saint-Louis du Sénégal où l’UNESCO le charge d’élaborer le Plan de Sauvegarde et de mise en valeur de la ville, classée au Patrimoine mondial. Parallèlement, il informatise les données anciennes, collecte de l’iconographie, réalise des interviews. Son histoire familiale, l’histoire du Sénégal et de la construction des villes deviennent ses passions. Il écrit des ouvrages, donne des conférences et des cours sur ces sujets, bref devient un expert du patrimoine. Toujours animé par les mêmes passions, il choisit de rester au Sénégal, où il devient directeur des grands travaux à l’APIX, agence nationale de promotion de l’investissement et des grands travaux. Agissant en tant que maître d’ouvrage, il coordonne des projets ambitieux orientés vers le futur tels que la construction d’autoroutes ou de nouveaux quartiers. 

Gorée, un centre du monde

Xavier est désormais établi dans sa maison d’enfance familiale sur l’île de Gorée, face à Dakar. Egalement classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, « l’île-mémoire » de la traite négrière en Afrique accueille chaque année des milliers de visiteurs et des personnalités du monde entier : présidents, rois ou responsables de sociétés, l’occasion pour Xavier de faire, sans bouger de chez lui, une multitude de rencontres. Afin de mieux accompagner et réguler le développement touristique du site, Xavier s’attelle à titre privé à la construction d’un téléphérique qui reliera Dakar à son île.

Portrait réalisé par Laura Rosenbaum – Architecte DEHMONP – Docteur en Sociologie